Libre Pensee

  • Accueil
  • > Hocine AIT-AHMED
  • > Article pour “Un Maghreb des droits de l’Homme” : Il faut sauver la Ligue Algérienne des droits de l’Homme gravement menacée par l’arrestation de Mr Ali Yahia .

1 janvier, 2011

Article pour “Un Maghreb des droits de l’Homme” : Il faut sauver la Ligue Algérienne des droits de l’Homme gravement menacée par l’arrestation de Mr Ali Yahia .

Classé sous Hocine AIT-AHMED — Libre Pensée @ 19:08

 Un Maghreb des droits de l’homme 

 Pour comprendre les réactions violentes du pouvoir algérien face à une jeunesse qui veut s’exprimer et s’organiser légalement mais en dehors de lui, il ne faut pas perdre de vue un phénomène historique incontestable. La longue et dure épopée algérienne de libération n’a été possible que par la capacité d’auto-mobilisation et d’auto-organisation des Algériennes et des Algériens, nourrie d’esprit d’initiative et de résponsabilité en profondeur, la révolution a pu supporter des pertes incessantes de ses meilleurs cadres, pallier l’incompétence et autres qualités de ses dirigeants.

 Peuple et Nomenklatura 

 Et après l’indépendance? Préfigurant la nomenklatura d’aujourd’hui, les alliances de hasard, donc d’instinct, portées au pouvoir se sont acharnées à annuler ce phénomène historique. Le principe démocratique est étouffé dans l’œuf, compensé par les mises en scène des « chartes nationales » et par des fuites en avant dans les gesticulations et les projets mégalomaniaques. 

 L’état discourt au nom du peuple pour mieux se substituer à lui. « L’organisation » au sens de services publics n’est plus au service des citoyennes et des citoyens. Bien au contraire, c’est la société qui est au service de l’organisation; l’autodétermination est annulée, sens dessus dessous et ce peut être la police, l’armée ou le parti, ou bien les combinaisons subtiles des trois. Qu’importe si aucune de ces institutions n’est à sa place et vise à prendre toute la place, c’est bien cela la déstabilisation, on préfère l’appeler Révolution pour s’en proclamer les gardiens, les seuls gardiens. 

Garder quoi? Ses privilèges politiques, sociaux, économiques et culturels. Pour ce faire et faute de vouloir changer de système politique, la nomenklatura s’est attachée à changer le peuple Algérien. Comment lui faire abdiquer son droit à l’autodétermination, c’est à dire son droit d’avoir des droits inaliénables et sacrés, donc opposables aux gouvernements? Comment, sinon par: 

      1. Le monopole permanent de l’organisation. L’exercice multiforme et continuel du contrôle idéologique et politique n’a qu’un seul but : étouffer le sens des responsabilités et déraciner l’instinct de résistance; 

      2. Le monopole de l’expression et le cloisonnement de l’information, le tarissement du débat d’idées; le refus de toute opposition et de vie associative, la censure, les techniques de désinformation et de manipulation de l’opinion ont pour but de conditionner la jeunesse qui forme l’écrasante majorité de la population à la passivité et à la soumission. 

Solidarité tous Azimuts 

      3. Le monopole de l’écriture de l’histoire. Là aussi, les tenants du pouvoir cherchent à couper la jeunesse des traditions de lutte qui symbolisent l’élan, l’inspiration, la volonté de sacrifice, le mépris de la prison et l’espoir de vivre libre dans un état de droit. On s’approprie l’histoire, on annexe les martyrs et on persécute leurs enfants qui à leur exemple rejettent la tutelle et revendiquent « les libertés démocratiques » inscrites dans la proclamation du 1er novembre 1954. 

 Dès lors, la répression qui frappe les promoteurs de
la Ligue des droits de l’homme et de l’Association des enfants de martyrs revêt toute sa signification. Le régime et ses pénuries alimentaires destinées à fixer les pensées et les énergies des administrés n’ont pas réussi à changer tout le peuple algérien. Il perd son sang-froid, foule aux pieds ses propres lois et saisi ses propres journaux (200 000 exemplaires d’Algérie Actualités, dont les dossiers historiques sont pourtant dirigés). 

 Tout le Maghreb démocratique doit se mobiliser pour sauver la jeune Ligue algérienne des droits de l’homme. Il y va de la construction du Maghreb des droits de l’homme. Pétitions, meetings, toutes les formes de solidarité doivent être organisées sous l’égide maghrébine. 

Mr. Hocine Ait-Ahmed 

Jeune Afrique 7 août 1985  

Laisser un commentaire

La Hongrie, Magyarorszàg, H... |
Croire au changement pour .... |
librealgerie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ecofourmi
| labari
| cnno